Yves, 72 ans, Canal de l'Ourcq Paris XIX

Je suis né aux Hauts-De-Seine en 1942. J'ai vécu la majeure partie de ma vie en région parisienne, j'habite d'ailleurs actuellement en Essonne à Sainte Geneviève des Bois avec ma femme. C'est une ville réputée pour son immense cimetière russe. il n'y a pas moins de 10 000 tombes de russes blancs (partisans du tzar) qui avaient fui leur pays après la révolution bolchévique.
Nous avons deux enfants, deux fils. L'ainé habite sur Paris et le second en banlieue, comme nous. Nous avons trois petits-enfants. Étant donné que j'ai eu des problèmes de santé et que j'ai désormais une pompe qui alimente mon coeur, ce sont plutôt eux qui viennent nous visiter que nous qui allons sur Paris. Je viens néanmoins sur la capitale environ une fois par semaine avec tout mon matériel (batterie reliée à la pompe). Mais j'ai surtout connu Paris quand je travaillais. J'étais entrepreneur dans le bâtiment. J'ai fait beaucoup de chantiers dans les onzièmes, dix-huitième et dix-neuvième arrondissements. Ce sont d'ailleurs mes quartiers préférés. C'est populaire mais agréable, les gens vivent ensemble, il y a plus de vie que dans les beaux quartiers.
Depuis que je ne travaille plus, je vais à des clubs de tarot une fois par semaine avec ma femme et des amis. Sinon je fais beaucoup de marche et je participais à des randonnées. On se réunissait tous les mois pour se promener en région parisienne et une fois par an un voyage en province était organisé. D'ailleurs dimanche ils partent tous en Bretagne pour huit jours. Je me joindrai peut-être à eux mais je ne pourrai pas faire tout le parcours. Mon accident, survenu il y a quatre mois, a changé par mal de choses dans mon quotidien, mais la vie continue; c'est le principal.
J'étais sur Paris quand il y a eu mai 68, je n'ai pas vraiment participé. C'est incroyable de voir qu'aujourd'hui les gens ont beaucoup plus de mal à se mobiliser. Quand je vois voir des gens dirent que les syndicalistes font grève par plaisir ça m'attriste, comme s'ils allaient refuser une journée de travail payé pour s'amuser. J'ai tendance à soutenir les gens qui se défendent, c'est important de ne pas se laisser faire.