Pierre, 76 ans, jardin japonais, Toulouse

J'ai commencé à travailler à 20 ans comme comptable dans une grande agence de voyage, jusqu'à ce que je sois promu responsable financier des succursales de la région. Je suis né à Toulouse et y ai vécu toute ma vie, avec beaucoup de temps passé au bureau, et d'autant plus à partir du moment où j'y ai rencontré ma femme qui était au service clients ! Comme nous ne travaillions pas au même département et n'avions pas les mêmes horaires, il fallait que je me trouve des prétextes pour aller la voir et je faisais des heures supplémentaires pour finir en même temps qu'elle. Mes supérieurs ont vu cela comme du zèle et il m'ont offert un meilleur poste peu après que nous nous soyons fiancés. Après, nous étions chacun lancés dans notre carrière, sans compter les heures puisque nous pouvions manger ensemble le midi ou se croiser dans les couloirs. Depuis la retraite j'ai du temps libre, que je mets à profit pour prendre l'air - à défaut de voyager puisque mon épouse a un problème aux jambes dû à un diabète sévère qui nous interdit tout séjour prolongé loin de son médecin traitant. Alors pour mes sorties en solitaire je privilégie les endroits exotiques comme le jardin japonais ou parfois le musée d'égyptologie Georges Labit. On y voit de beaux paysages sans se fatiguer à prendre l'avion ! Nos enfants trouvent cela étrange d'avoir toujours travaillé en lien avec l'étranger sans jamais s'y être aventuré. Ma fille aînée vit en Allemagne avec ses deux fils, son petit frère en Belgique avec sa fille, on peut dire qu'eux ont passé le pas. Le plus impressionnant ce sont les voyages que font nos petits-enfants : presque chaque été ils partent aux quatre coins du monde ! La petite dernière est revenue ravie de son séjour en Thaïlande le mois dernier, et moi je me suis régalé du récit de ses aventures. C'est l'avantage de les avoir, ils voyagent pour moi et me ramènent de belles choses pendant que je reste tranquillement chez moi avec ma femme.