Philippe, 64 ans, Place Wilson, Toulouse

Je suis né à Pau, dans le Béarn, mais je n'avais que trois ans lorsque mes parents se sont installés ici, à Toulouse. C'est donc comme si j'étais né ici. En tout cas je n'ai jamais quitté la ville depuis cette époque. Je ne suis pas quelqu'un de très curieux, quand je suis satisfait je ne cherche pas plus loin.

Et je suis très bien ici donc je ne vois pas de raison de déménager. Ici le temps est clément.

Ma fille qui est en ce moment à Paris me dit qu'ils sont tous malades alors qu'ici on croise encore des gens en T-Shirt en Novembre. Et puis la ville est très belle, avec toutes ses briques rouges, ses petites places, ses rues commerçantes. Je me suis acheté une trottinette récemment. J'ai copié ma petite fille qui en a une depuis Noël. Je trouve que c'est un moyen de transport parfaitement adapté à la taille de Toulouse. Le centre-ville n'est pas immense et pour faire les courses c'est parfait.

L'autre sport que j'affectionne ici est bien plus physique. Je suis un fan de rugby et plus particulièrement du Stade Toulousain. Je suis un piètre joueur (j'ai joué cinq ans en club à l'adolescence) mais un supporteur assidu. Je me rends au Stade Ernest-Wallon quasiment chaque semaine pour encourager les rouges et noirs. Mon fils est aussi mordu que moi et j'ai bien l'impression que son fils de six ans est bien parti pour nous suivre dans cette passion, même si les résultats ces dernières saisons ne sont plus vraiment au rendez-vous.

Dans ma vie professionnelle je suis contrôleur de gestion budgétaire, c'est-à-dire que je réalise le suivi budgétaire, que je vais les budgets prévisionnels. Je travaille dans la même entreprise depuis une dizaine d'années et la retraite se rapproche à grands pas. Ma femme est déjà retraitée, elle était fonctionnaire. C'est étrange de partir au travail pendant qu'elle reste à la maison. Je suis pressé de la rejoindre pour qu'on puisse profiter des belles années qu'il nous reste. On a même le projet d'acheter une maison dans le Gers.