Nuon, 64 ans, Jardin du Grand Rond, Toulouse

Je suis né à Phnom-Penh, la capitale du Cambodge, située au Sud du pays. À vingt-et-un ans je suis venu en France, à Paris, pour poursuivre des études littéraires. Après quelques mois passés ici, les Khmers ont pris le pouvoir dans mon pays d'origine. Ma famille appartenait à l'élite intellectuelle.

Mes parents ainsi que mes deux soeurs m'ont rejoint en France. Mon père avait en effet travaillé avec l'administration française pendant le protectorat. Mon frère est resté au pays et nous ne l'avons plus jamais revu. Au lieu de me rejoindre à Paris, ils se sont installés à Toulouse. La vie était moins chère et nombre de nos compatriotes s'installaient au sud de la France.

J'ai terminé mes études et je suis devenu professeur de lettres en classes préparatoires. J'ai tout d'abord exercé en région parisienne, puis à Nancy pendant une dizaine d'années et lorsque j'ai eu l'opportunité de rejoindre ma famille à Toulouse j'ai intégré un lycée de la région où j'ai enseigné jusqu'à l'année dernière.

J'habite donc ici depuis plus de vingt ans. C'est une ville très agréable, avec de nombreux espaces verts. J'aime me promener ici au Jardin du grand rond ou alors au jardin japonais. Avant j'allais au jardin des plantes mais plus je vieilli plus je fuis le monde et ce parc est souvent bondé. Je préfère les endroits calmes avec de la nature. Je passe beaucoup de temps à méditer. Je m'assois sur un banc et je fais le vide. Mes parents sont bouddhistes et j'applique inconsciemment beaucoup de conseils qu'ils m'ont donné depuis que je suis tout petit. Je n'ai pas arrêté de travailler depuis assez longtemps pour me considérer vraiment comme retraité. J'imagine que je vais pouvoir passer plus de temps à lire ou à profiter des endroits que j'apprécie. Ma femme, une française, travaille toujours au CHU, donc j'ai l'habitude car même lorsque je terminais le travail il n'était pas rare qu'elle soit encore en service. Je vais sûrement rendre visite à notre fille qui vit à Paris, ce sera l'occasion de repasser du temps là bas.