Neatu Ion, 71 ans, Strada Traian Popovici

Je suis arrivé à Bucarest à 25 ans. Je suis un enfant de la campagne, fils et petit-fils de paysan. J’ai commencé à travailler dans mon village natal en tant que maçon à 17 ans.

A l’époque, mon père était malade et ne pouvait plus travailler. Je ne voulais pas spécialement travailler dans la construction mais j’ai trouvé un travail dans une entreprise de maçonnerie. Ce fut dur mais formateur. A 25 ans, je suis venu à Bucarest et je me suis engagé dans l’armée car c’est ce que j’avais toujours voulu faire. Surtout qu’à l’époque du communisme, il n’y avait pas de guerre, ce sont les impérialistes qui font la guerre. J’ai fait toute ma carrière dans l’armée et j’en suis fier. Je me suis marié très tard pour l’époque, à 37 ans. J’ai rencontré ma femme au cours d’un diner. Si je devais le refaire, je ne sais pas si je le referais. Nous avons eu une fille mais nous nous ne sommes jamais entendus. Je ne sais pas si vous êtes marié mais si vous ne l’êtes pas, je vous le déconseille mon jeune ami ! Aujourd’hui, mes occupations se résument aux courses que je fais au marché, aux promenades dans Bucarest et au temps que je passe avec ma petite fille.

Bucarest est une ville très bruyante et la jeunesse me déçoit. Elle s’habille mal, veut tout, tout de suite et sans effort et cela ne va pas dans le bon sens. Mais c’est la seule grande ville que je connais et je ne peux pas donner un avis, car je n’ai pas de comparaison. Pour moi, elle fait simplement partie de ma vie. La seule chose que je peux vous dire, c’est que ceux qui sont au pouvoir sont corrompus et rien est fait pour améliorer la vie des roumains. C’est dommage.