Michel, 61 ans, Rue des Pyrénées, Paris XX

Je suis né à Paris, dans le quinzième arrondissement. Mes parents ont ensuite déménagé dans le vingtième quand j'avais quinze ans et depuis je n'ai pas bougé. C'est un quartier vivant, populaire. 
Je viens de prendre ma retraite et c'est assez drôle car j'ai l'impression que mon regard change sur ce quartier. J'ai le temps du coup je vois l'animation d'un oeil plus apaisé, sans avoir le stress de devoir prendre ma voiture, être à l'heure à mes rendez-vous. Avant j'étais technicien imprimeur itinérant, c'est-à-dire que je m'occupais de l'installation et de la maintenance des imprimantes dans les entreprises qui m'employaient. C'est un métier qui m'a beaucoup fait voyager. Je travaillais sur toute la région parisienne bien sûr mais également en province, surtout dans le Nord.
C'était assez contraignant quand mes deux filles étaient plus jeunes car je rentrais tard et j'ai raté pas mal de repas. Maintenant que je ne travaille plus je compte bien me rattraper avec mes petits-enfants. Chacune de mes filles a un enfant. Ils ont quatre et cinq ans et habitent en région parisienne. Vu qu'ils sont encore petits on va essentiellement dans des parcs dans le quartier mais je compte bien les emmener dans les musées plus tard. Je suis un passionné du musée d'Orsay. 
Il y a tellement de culture dans Paris, c'est un vrai régal pour un retraité comme moi. 
Quand j'étais plus jeune, treize ans, nous habitions rue Vaugirard. C'était l'époque de mai 68 et je voyais l'animation depuis ma fenêtre. C'était assez enthousiasmant. Néanmoins ma sensibilité politique n'en a pas été affectée. Je suis un gaulliste convaincu. D'ailleurs aujourd'hui je suis assez triste, je viens de voir que la Grande-Bretagne quitte l'Union européenne. Quand on habite dans une ville cosmopolite comme Paris c'est incompréhensible de voir des pays se replier sur eux-mêmes. Je compte sur les générations futures pour porter de nouveaux projets communs, avec, je l'espère, plus de réussite.