Manuel, 64 ans, Place de la Paix, Angers

Je suis né de l'autre côté de l'Atlantique, en Argentine et plus précisément à Buenos Aires, la capitale. C'est un pays formidable, avec beaucoup de musées, d'activités économiques et culturelles. Je n'ai pas peur de dire que j'aime mon pays. Ici ce genre de discours est mal vu, les nationalistes sont souvent racistes. Dans mon état d'origine c'est très différent, les gens sont très attachés à la nation et à ces symboles. On trouve tout le temps des drapeaux dans la rue. Avec les Jeux Olympiques je suis encore plus patriote (il sourit). Je regarde la plupart des compétitions dans lesquelles mes compatriotes sont engagés. Cependant je reconnais que cet attachement est un peu exagéré vu que je vis en France depuis près de trente ans. Quand je suis arrivé j'ai vécu à Paris dans un premier temps avec ma femme qui est elle Colombienne. C'est là-bas que nous avons eu notre fils. Il habite encore à la capitale. Nous avons déménagé il y a une bonne dizaine d'années et il a refusé de nous suivre. Il terminait son lycée et ne voulait pas perdre ses amis. En plus c'était plus simple pour lui de rester pour faire ses études. On le voit une fois par mois environ. J'espère qu'il viendra plus souvent maintenant qu'il va devenir père à son tour. Si on veut que l'enfant apprenne aussi l'espagnol on ne pourra pas compter sur lui. La langue est primordiale pour moi. J'ai compris dans mon travail de traducteur qu'il existe différentes manières de penser suivant les pays et que cela repose bien souvent sur la langue. Le champ lexical offert par chaque vocabulaire structure la façon de penser, sans même parler des références communes. À l'inverse je pense que les chiens sont bien plus semblables, quelles que soient leurs origines. J'ai eu un chien quand j'étais petit et nous en avons pris deux depuis que je travaille moins. Je les promène chaque jour, grâce à eux je rencontre des gens, je me fais même des amis. C'est étonnant de voir comme l'homme reste fasciné par les animaux, bien qu'il se sente supérieur.