Jurgen, 64 ans, Cale de la Savate, Angers

Je suis né en Allemagne, à Darmstadt, près de Francfort, mais je me considère plus comme Berlinois d'origine. C'est en tout cas la ville dont je suis nostalgique. C'est ici que je me suis forgé.

Il faut dire que c'était « the place to be » quand j'y vivais, quelques années avant la chute du mur. Je pense que c'est encore le centre culturel et intellectuel de l'Europe. Il y règne une ambiance incroyable, inégalable. C'est une très grande ville mais les gens sont proches, c'est très libre.

À l'époque, les jeunes hommes de Berlin Ouest n'étaient pas obligés de faire le service militaire et pouvaient le remplacer par un service civique. Ça traduit bien l'esprit de la ville. En tant qu'objecteur de conscience c'est ce que j'ai fait. J'ai ensuite commencé des études mais je n'étais pas très enthousiaste. À vingt cinq ans j'avais le projet de partir en Italie, de changer d'horizon. J'ai rencontré une Angevine dans le métro et j'ai finalement complètement changé mes plans. Nous nous sommes mariés et avons eu un fils et une fille. Je suis content d'avoir été porté par l'amour. Je vis toujours à Angers, une ville où je n'aurais très certainement jamais mis les pieds sans cette rencontre. En arrivant je ne parlais même pas français. J'ai tout d'abord travaillé dans une ferme bio, avant que ce soit à la mode. Après avoir exercé plusieurs petits boulots je suis devenu guide conférencier.

Je travaille avec l'office du tourisme et en indépendant pour des voyagistes privés. Je fais des itinéraires différents, le plus souvent autour des châteaux de la Loire. Mon tour préféré est un tour qui se fait en vélo. On va d'une chambre d'hôte à une autre en passant par les châteaux que j'ai choisi. Les groupes vont de 7 à 40 personnes. C'est plus agréable en petit groupe mais moins rentable. J'en profite souvent pour présenter les particularités de la région. Je fais aussi un tour des vignobles et des cultures locales comme le millet. Mon expérience me permet de savoir de quoi je parle. C'est important de ne pas se contenter de donner des informations. Par exemple je sais faire du fromage, ce qui me donne une certaine légitimité quand on passe dans une ferme qui en produit. Je peux expliquer les méthodes de production. C'est important de croire dans ce que l'on raconte, de ne pas donner que les informations que l'on trouve en allant sur Google. Les clients sont très exigeants et je peux me vanter d'avoir beaucoup de retours très positifs.