Jean-Claude, 67 ans, Quai de la Seine, Paris XIX

Je suis né dans le dix-huitième arrondissement, à Montmartre. Je suis un vrai titi parisien. Cependant j'ai beaucoup voyagé, que ce soit en France ou en Europe, grâce ou à cause de ma profession. J'étais commercial dans les transports, c'est-à-dire que je mettais en relation des sociétés qui avaient besoin de transporter des marchandises et des moyens de transport. J'aimais beaucoup mon métier, premièrement parce que je me sentais utile et ensuite parce que j'ai été à l'origine de beaux partenariats. J'étais assezconvaincant. Maintenant que je ne travaille plus j'en profite pour m'adonner à ma passion qu'est la pêche. Mais ne vous y trompez pas, ce n'est pas une activité récente pour moi, je la pratique depuis près de 60 ans. C'est mon père qui m'y a initié. On se rendait souvent sur les bords de Seine avec ses amis et on s'y installait pour la journée, le dimanche généralement. Aujourd'hui je pratique en solitaire, ça me permet de réfléchir, d'être détendu. Je sors ma canne dès qu'il fait beau et je m'installe. Je peux faire une bonne dizaine de prise dans une journée. J'ai déjà capturé des perches ici, des brochets de presque dix kilos. Avant je bricolais mais des problèmes de santé sont arrivés entre-temps. Sinon quand je vois mes amis nous jouons parfois au Scrabble. Je ne suis pas très bon mais cela permet de partager un moment sympathique.
J'habite dans le cinquième arrondissement. C'est un beau quartier mais je ne comprends pas l'évolution de la ville et des gens. Les gens ne se parlent plus, tout le monde est derrière son ordinateur, son téléphone portable. Dans ma jeunesse je me suis marié avec une autrichienne venue sur Paris pour faire jeune fille au pair, alors qu'on ne me dise pas que l'Internet permet de rencontrer des étrangers. Nous parlions anglais, et puis un jour elle est rentrée en Autriche. 
Si j'avais la possibilité j'aimerai bien partir vivre à la campagne, élever des poules et qu'on me laisse tranquille.