Eric, 61 ans, square Rosalind-Franklin, Paris XV

J'ai grandi dans l'Est de la France, à Besançon avec mon frère et mes parents. À l'âge de vingt-six ans j'ai déménagé à Paris, dans le quatorzième arrondissement pour mon travail. J'étais directeur du service informatique dans grande banque française. Je m'occupais de tout ce qui était lié aux ordinateurs dans l'entreprise. J'ai ensuite vécu dans le onzième, dans le vingtième où j'ai vécu avec ma femme et mes filles puis dans le quinzième où j'habite aujourd'hui.

J'ai deux filles de 20 et 22 ans. L'ainée est actuellement en Erasmus à Madrid dans le cadre de ses études de géographie. C'est une réelle chance qu'elle a, j'aurais adoré vivre une telle expérience, rencontrer une culture différente, vivre un an à l'étranger. On s'appelle souvent, elle a l'air ravie de sa vie là-bas. En dehors de cette année particulière mes deux filles vivent encore à la maison. Nous sommes un trio très soudé.

À défaut d'avoir vécu à l'étranger j'ai pu découvrir de nombreux quartiers sur Paris. C'est incroyable de voir les différences entre les quartiers. On dirait que chaque arrondissement est un village différent. Depuis que je ne travaille plus (je suis au chômage en attendant ma retraite), je profite pleinement du calme du quinzième arrondissement. Étant donné que je suis encore jeune je profite de mon temps libre pour me rendre à la salle de sport, pour rester en bonne forme.

J'apprécie particulièrement mon quartier mais aussi les bords de Seine, surtout du côté de Bercy. Les nouveaux aménagements des quais sont très plaisants et le fait que les bâtiments récents comme le ministère des finances côtoient des immeubles haussmanniens et la Seine (qui est là depuis toujours) me laisse rêveur. L'homme est capable d'inventer tout en respectant un environnement historique déjà présent.

Mon premier souvenir de Paris ce sont toutes les lumières place de la Concorde. Les voitures qui passent, les lampadaires qui scintillent. J'avais sept ans et on visitait la capitale pour la première fois. Je ne me suis pas dit tout de suite que j'aimerai y vivre mais en tout cas ce souvenir a influencé considérablement ma manière de percevoir la ville par la suite.