Constantina Badin, 61 ans Soseaua Virtutii

Je m’appelle Constantina Badin et je suis à la retraite.

J’ai fait plusieurs métiers dans ma vie mais j’ai surtout été tisserande et je tissais principalement la soie. L’entreprise pour laquelle je travaillais, exportait la majorité des pièces que nous faisions vers la France. Après la chute du communisme, l’entreprise a fini par fermer à cause de la gestion défectueuse opérée par sa direction. Je me suis réorientée et j’ai trouvé un premier travail dans l’industrie puis un second dans l’hôtellerie. Bucarest est une ville qui offre de nombreuses activités et compte aussi de jolis secteurs. Mais, depuis la chute du communisme, elle a beaucoup changé, il y a plus de voitures et de pollution,  et on compte aussi beaucoup plus de vol.

Le communisme offrait peu mais assurait une certaine sécurité au gens. La société libérale a rendu la vie plus dure. Cela pousse beaucoup de personne en détresse à faire de mauvais choix. Je suis arrivée à Bucarest en 1972 et j’ai toujours travaillé dur. J’aurai aimé que cela m’assure une certaine sérénité en tant que retraitée. Ce n’est malheureusement pas le cas car les pensions sont faibles, les prix augmentent et surtout le secteur de la santé est très précaire. Je profite tout de même de mon temps libre et j’aime beaucoup me balader dans Bucarest, regarder les vitrines des magasins ou aller dans les parcs avec mes petits-enfants.