Claudine, 75 ans, Place du Commerce, Paris XV

Je suis née à Caen, en Normandie. C'était une très belle ville avant la libération mais qui a beaucoup souffert des bombardements américains. Je ne dis pas ça de mémoire, je retranscris ce que ma mère et mes grands-parents m'ont toujours dit. J'ai donc grandi dans une ville en reconstruction et dont les travaux n'ont pas réussi à rendre la beauté qui y était auparavant. J'insiste sur ce point car c'était vraiment une ville dont le centre médiéval avait beaucoup de valeur historique.
J'ai commencé à travailler là-bas, dans l'édition et plus précisément l'édition ecclésiastique, c'est-à-dire d'ouvrages destinés aux hommes et femmes d'église. On imprimait des bibles, des paroissiens, tout un ensemble d'ouvrages religieux. C'était assez étonnant car nous étions dans une logique de production classique mais avec des clients et des produits très particuliers. J'ai ensuite continué cette profession dans des imprimeries plus conventionnelles sur Paris. J'étais typographe, c'est-à-dire que je m'occupais de la mise en page, du montage et chef d'atelier, donc je supervisais la production. J'ai fait la majeure partie de ma carrière parisienne dans le quatorzième arrondissement puis dans le dix-septième. Cependant j'ai toujours vécu dans le quinzième arrondissement. Quand je suis arrivée ici à vingt-cinq ans j'ai tout d'abord vécu chez une cousine éloignée près de la tour Eiffel, à quelques mètres du magnifique pont de Bir Hakeim que l'on trouve dans beaucoup de films tournés à Paris. J'ai ensuite déménagé dans le quartier autour de la rue du Commerce et où je vis depuis (même si j'ai plusieurs fois changé d'appartements).

Comme je ne travaille plus j'essaye de me rendre utile, je suis bénévole dans la paroisse voisine.Je m'y rends plusieurs fois par semaine pour faire le ménage, aider aux offices ou encore gérer des questions administratives, tenir les registres. Je ne sors que très peu de mon quartier, non pas que j'ai peur de l'extérieur mais je m'y sens tellement à l'aise.