Catherine, 65 ans et son époux Jacques, Quai de la Daurade, Toulouse

Je suis originaire de région parisienne où j'ai vécu pendant toute mon enfance, jusqu'à mes 25 ans. J'ai alors rencontré mon époux et nous sommes partis nous installé dans le Sud-Ouest. Après 5 ans passés dans le Tarn-et Garonne, nous avons déménagé à Toulouse pour les besoins du travail de mon mari. J'ai moi même exercé le métier de restauratrice d'art toute ma carrière. Je travaillais avec des conservateurs de musée ou privés à restaurer des peintures dégradées avec le temps.

Je m'occupais de la restauration de surface, qui fait suite, en quelque sorte au nettoyage et rentoilage de l'oeuvre. On applique tout d'abord un vernis pour que la toile n'absorbe pas les retouches (ce serait une réelle modification de l'oeuvre. On applique ensuite la peinture  avant de remettre un vernis final mat. Il est nécessaire d'avoir une bonne culture des techniques de l'époque. J'étais moi-même spécialisée dans la période de la Renaissance. Pendant longtemps mes amis ne comprenaient pas mon métier et me prenaient pour une faussaire.

Je suis tombée amoureuse de Toulouse. Ce n'est pas pour rien que l'on vit ici depuis plus de trente-cinq ans. C'est une ville vivante (peut être trop pour certaines), très dynamique, il s'y passe toujours quelque chose. J'aime le multiculturalisme qu'on trouve ici. Tout n'est pas aussi rose que le surnom de la ville mais c'est une vraie richesse que d'avoir des populations d'origines aussi différentes.

Il y a une belle activité associative et culturelle. On trouve de tout, du théâtre, des conférences, des expositions, des concerts. On a une variété d'offres culturelles très intéressante et avec beaucoup de qualité également. Je suis très fière de cette région. Quand nos enfants rentrent nous voir on a toujours des choses à leur montrer.