Calin Ioana, 61 ans, Soseaua Crangasi

Je m’appelle Ioana Calin et je suis à la retraite. J’ai travaillé toute ma vie en tant que infirmière en milieu pédiatrique et gynécologie-obstétrique. Cela a été un métier merveilleux, et j’ai pluq qu’aimé le contact avec les patients. Souvent, un geste ou un mot chaleureux a beaucoup plus d’incidence sur un patient que la visite d’un médecin.

J’ai noué des contacts extrêmement chaleureux avec certains. Mais il s’agissait toujours d’une relation donnant donnant car je recevais aussi énormément en retour de la part des patients. Aujourd’hui, je passe beaucoup de temps avec mes petits-enfants. Je les aide à faire leurs devoirs, nous jouons et nous allons souvent nous promener dans les parcs. Bucarest est une ville avec une multitude de parcs et c’est très agréable pour les familles.

Ce sont les endroits de Bucarest où l’on ne se sent pas oppressé par le bruit, la pollution et les voitures. Lorsque mon mari était encore en vie, nous nous promenions dans ces parcs après un avoir mangé au restaurant ou simplement pour le plaisir d’être ensemble. J’aime Bucarest car la ville me rappelle ces souvenirs en sa compagnie même si cela me fait du bien de quitter Bucarest pour aller en province voir mon fils. J’en profite pour aller me recueillir sur la tombe de mon mari. Il ne me quitte jamais vraiment.