Benedicte, 71 ans, rue Letellier, Paris XV

Je suis née à Paris où j'ai toujours vécu. Je n'ai même habité quedans deux arrondissements, le quinzième où j'ai vu le jour et où je vis aujourd'hui et le seizième où j'ai fait toutes mes études, de l'école primaire à la fac, en passant par le collège et le lycée. C'est la partie de Paris que je préfère, je m'y sens plus tranquille. C'est un univers très protégé où l'on est en sécurité, il y a moins d'agitations. En plus mes deux filles et mes cinq petits-enfants habitent également dans ce quartier. 
Je les vois plusieurs fois par semaine, on s'invite à dîner ou je garde les petits à l'occasion. Tous les cinq ils sont infernaux, je ne peux pas m'en occuper seule mais quand j'en garde un ou deux c'est tout de suite beaucoup plus agréable. Je les emmène dans les parcs après la sortie de l'école. Ils sont tous très curieux. J'aide l'ainée dans son apprentissage de la lecture. C'est un domaine que je connais parfaitement car j'ai fait toute ma carrière dans l'édition. J'étais responsable d'édition, c'est-à-dire que j'étais en quelque sorte le lien entre l'écrivain et la maison d'édition. J'accompagnais ainsi l'auteur dans l'écriture et dans l'autre sens je lui garantissais une bonne fabrication, dans les délais.
Ce n'est pas un travail purement créatif mais entre l'aide à la création et le commercial. J'aimais tellement mon travail que je ne suis partie à la retraite qu'à 68 ans. J'avais peur de ne plus être active. Finalement avec mes petits-enfants j'occupe très bien mon temps libre.
Mes meilleurs souvenirs à Paris sont les feux d'artifice du 14 juillet, c'est à chaque fois une fête incroyable. On se retrouve avec mon mari sur notre balcon avec une coupe de champagne et on savoure ce moment à deux. En général je redoute la foule, c'est pour ça que je préfère prendre de l'altitude. Néanmoins ma famille a réussi à me trainer à la Fan Zone pour l'Euro et j'ai trouvé ça superbe. C'est un bon moyen de réunir les gens, dommage que la fête n'ait pas été totale.